A partir de 1942, Hitler ordonne l’édification d’un mur de l’Atlantique pour empêcher un débarquement des alliés sur le continent, allant de la Norvège à la frontière franco-espagnole.
Ce mur était constitué de positions de bunkers, de batteries moyennes et lourdes, renforcées par des milliers de mines et d’obstacles.
La réalisation de ce dispositif de défenses fut confiée à l’organisation Todt. Il s’agissait d’un groupe de construction de l’ingénierie de l’Allemagne nazie, qui avait donc pour mission de construire des moyens de communication et des structures défensives.
Le WN 62 ( nid de résistance) forme un des 15 points d’appui d’Omaha Beach.
Le 6 juin 1944, il sera le point d’appui le plus puissant des 15.
Le 5 novembre 1944, Hitler nomme le Maréchal Erwin Rommel responsable du mur de l’atlantique pour la partie nord-ouest de la France.
Selon Rommel, les points d’appui étaient trop faiblement équipés.
Le WN 62 sera donc agrandi et étoffé en hommes.
Le 29 janvier 1944, Rommel arrive sur le WN 62 avec quelques officiers pour avoir une vision générale.
Il est immédiatement frappé par sa ressemblance avec la baie de Salerme, en Italie, où les alliés ont débarqué en septembre 1943.
Il dira : «  Cette baie doit être renforcée au plus vite contre une tentative de débarquement des alliés, car le destin de l’Europe va se jouer ici… »
En seulement six semaines, il fait construire de grandes casemates.4000 sacs de ciments seront nécessaires pour la construction de ces dernières.
Chacune de ces casemates disposait d’un canon tchèque datant de la première guerre mondiale.
A l’intérieur des casemates avaient été créées deux soutes à munitions dans lesquelles pouvaient être stockés 400 obus.
La casemate inférieure fut terminée le 28 mars 1944.
La casemate supérieure fut terminée le 30 avril 1944.
Les deux canons tchèques seront détruits vers 10h le 6 juin 1944 par un tir de l’artillerie de la marine.
Le WN 62 était en permanence occupé par 35 hommes de la 3ème compagnie allemande, répartie du WN 59 au WN 64 (commandée par le lieutenant Edmond Bauch), dont 7 soldats de l’artillerie de la 352ème division d’infanterie et 7 hommes de l’infanterie de la 352ème division d’infanterie.
Sur les points d’appui, Rommel fera venir de nombreux vétérans de la première guerre mondiale car ils avaient l’expérience des combats défensifs.
Le WN 62 sera le dernier point d’appui réduit au silence, le soldat Severloh n’abandonnant son poste qu’à 15h30, soit 9 heures après le débarquement de la première vague d’assaut.

Monument de la 5ème brigade spéciale du Génie

Sur les différentes faces du monument, on peut lire toutes les unités composant la brigade, plusieurs plaques dédiées aux 229th Combat Engineers, 146th Combat Battalion, 20th Combat Engineer, et une liste des soldats tombés à Omaha Beach.
Cette brigade était chargée de détruire les obstacles côtiers devant les point d’appui dans les secteurs « Easy Red » et « Fox Green » ( WN 65 au WN 60).

Monument de la 1ère division d’infanterie « la Big Red One »

Cette division voit le jour en juin 1917.
Elle est la première division d’infanterie américaine qui a été créée dans le but de combattre les forces allemandes lors de la première guerre mondiale.
Durant la seconde guerre mondiale, elle participe à différents débarquements : Afrique du Nord, Sicile et Italie.
En vue de l’opération Overlord, elle rejoint la Grande Bretagne dès 1942.
Elle est alors commandée par le Major General C. Ralph Huebner.
C’est le 16ème régiment de cette division qui débarque à Omaha Beach, suivi du 18ème et du 28ème régiment.